DONC

L'autre matin, j’arrive dans la première maison de la journée.

 

La dame est déjà partie travailler. Le monsieur finit de rassembler ses affaires, nous échangeons quelques propos – il est toujours très gentil – et s’en va vivement.

 

Je commence par la cuisine , aspire, et empoigne le seau pour laver le sol .  Après l’avoir rempli je le prends , me dirige vers le placard produits ménagers , et vlan ….. le plastique qui enserre l’anse s’est rompu sans crier gare/Tout le contenu du seau inonde la cuisine dans un grand fracas, le fond du seau explose sous le choc sur le carrelage, mon pantalon est trempé, c’est marée haute dans la  cuisine.

 

La minette de la maison , par le bruit apeurée, veut filer dehors (la porte donnant sur l’extérieur est ouverte pour favoriser un prompt séchage) . Las, trois fois hélas , ses pattes rencontrent l’eau…. Courroucée elle saute …. Sur mon épaule , ce faisant, pour finir d’y arriver elle pousse vigoureusement avec les pattes arrières , me labourant le dos de ses griffes . Nous vitupérons toutes les deux , je tape même du pied et profère quelques injures contre le seau.  Elle trouve sa situation, sur mon épaule perchée, instable, et pour s’y cramponner enfonce fermement ses griffes de pattes avant. Il faut bien affermir son équilibre.

 

Ilest à remarquer qu à 64 ans, je tape volontiers du pied lorsque je suis énervée. A trois ans , et même ensuite , ma maman me menaçait d’une claque sur le bras et la donnait parfois ;;; Maintenant , bien que ce soit discutable comme attitude, je ne risque pas de m en prendre une….Bénéfice de l’âge. Quoique non puisqu’à notre époque on n’a plus le droit de flanquer une tape à un gamin , même lorsqu il la mérite amplement, mais ceci est une autre histoire.

 

Je décide de cesser de rouspéter ,  affirme à la minette que la situation n’est pas si grave, la dépose dehors , au sec et la gratifie d’une caresse prolongée , elle accepte et fait même un front à front , et s’esquive dignement . Il ne reste plus qu’à éponger …. Ca la cuisine fut lavée à fond et à grande eau ce jour .

 

La matinée fut ensuite bien calme, et après , j’ai bien ri.

Les petites madames âgées ou non , des autres maisons que je « serpille » et à qui j’ai narré la chose (sans donner de détails permettant de savoir où s’est déroulée cette anecdote,) ont bien ri elles aussi, et il n y a que le seau qui soit à plaindre car il est définitivement foutu…….   AH LES BLONDES.....